Nos DVD sont les compléments parfaits de votre progression, du stage d'initiation jusqu'aux premiers Cross

Choisissez le thème qui vous intéresse :

flèche bleueVoir toutes les questions du QCM du Brevet Pilote FFVL

Thème : Tous les thèmes


Q. Indiquez les facteurs favorisant la convection :
Q. Une bulle d'air s'élève si sa température par rapport à l'air ambiant est:
Q. Le déclenchement des thermiques :
Q. Les ascendances thermiques :
Q. Les zones favorables au déclenchement de la convection sont en général :
Q. Un thermique peut :
Q. Un thermique pur ou bleu :permet un gain minimum de
Q. La restitution est un phénomène :
Q. Le phénomène de restitution se rencontre en général :
Q. Les éléments constitutifs d'un nuage sont:
Q. Cirrus, cirrocumulus et cirrostratus sont des nuages :
Q. Altocumulus et altostratus sont des nuages :
Q. Stratus, stratocumulus et cumulus appartiennent généralement :
Q. Cumulonimbus et nimbostratus appartiennent :
Q. Un cumulonimbus est dangereux :
Q. Les cumulonimbus sont dangereux car :
Q. L'air chaud :
Q. La turbulence :
Q. Les turbulences peuvent venir :
Q. La direction du vent donnée par les services météo est toujours :
Q. Une ascendance dynamique pure résulte :
Q. La zone d'ascendance dynamique varie avec :
Q. Le vent peut devenir dangereux notamment :
Q. Un rideau d'arbres face au vent provoque des turbulences :
Q. Le gradient de vent est sensible :
Q. Le gradient de vent à l'atterrissage :
Q. Par beau temps, en début d'après-midi, les brises de montagne :
Q. Par beau temps, la brise de mer souffle lorsque :
Q. Par beau temps la brise de terre souffle lorsque :
Q. Il fait beau sur la vallée (orientée nord-sud), le matin, par vent nul :
Q. En montagne, les brises de pente :
Q. Les brises de pente sont descendantes :
Q. Une brise de vallée :
Q. Une brise de vallée :
Q. Sur un profil d'aile, l'écoulement de l'air peut être:
Q. La portance et la traînée d'une aile sont, entre autres, fonctions :
Q. La portance sur une aile est créée par :
Q. La portance en vol plané stabilisé est toujours :
Q. Lorsque l'angle d'incidence augmente à partir de 0°, la portance :
Q. Sur une aile en vol rectiligne stabilisé, lorsque le pilote provoque un accroissement de l'incidence :
Q. Sur une aile en vol rectiligne stabilisé, lorsque le pilote provoque une diminution de l'incidence :
Q. Sur une aile en vol, il y a plusieurs sources de traînées de natures bien distinctes :
Q. La traînée sur l'ensemble aile + pilote :
Q. La traînée d'une aile à incidence constante, est :
Q. La traînée totale d'un aéronef se divise en:
Q. La traînée induite est due :
Q. La traînée de forme est due :
Q. La traînée parasite est due :
Q. Parmi les points suivants, certains améliorent la pénétration :
Q. L'effet girouette, c'est la conséquence d'un dérapage sur l'axe de :
Q. L'effet girouette (positif) remet l'aile :
Q. Un mouvement de lacet vers la droite déclenche principalement :
Q. Un vent régulier en force et direction n'a aucune influence :
Q. Vous volez par fort vent arrière, cela provoque :
Q. Vous volez à 35km/h avec 10km/h de vent arrière, votre vitesse/sol :
Q. En traversant une masse d'air turbulent, l'ensemble aile + pilote est soumis à des variations :
Q. Dans une ascendance une aile en vol plané :
Q. Vous êtes dans une descendance, la finesse/sol :
Q. En air calme et en vol stabilisé, l'assiette :
Q. Dans un virage, l'aile s'incline grâce à un mouvement de :
Q. Le poids apparent sur un appareil en virage équilibré est :
Q. La finesse est le rapport :
Q. La finesse est le rapport :
Q. La finesse/air maximale est :
Q. La finesse/sol :
Q. La finesse/sol :
Q. Pour avancer de 4800m dans le plan horizontal, vous avez perdu 600m d'altitude.votre finesse est voisine de :
Q. On appelle charge alaire le rapport :
Q. Si deux pilotes ont la même aile, le plus lourd :
Q. Pour une même aile, un accroissement de la charge alaire entraîne une augmentation :
Q. A surface égale un pilote plus lourd aura :
Q. Le facteur de charge :
Q. Le décrochage se produit lorsque :
Q. Lors d'un décrochage :
Q. Le décrochage a lieu en général :
Q. Par rapport à l'intrados, la distance que doit parcourir une molécule d'air sur l'extrados :
Q. Le centre de poussée est le point d'application :
Q. Le centre de poussée d'une aile en croisière se trouve approximativement :
Q. En vol rectiligne stabilisé :
Q. Lorsqu'une aile plane en ligne droite à vitesse constante, le poids total est :
Q. La R.F.A. (Résultante des Forces Aérodynamiques) en vol rectiligne stabilisé est :
Q. En finale quand le pilote se redresse il :
Q. Une aile peut pivoter autour des axes de :
Q. La polaire des vitesses est une courbe :
Q. On appelle vent relatif, le vent :
Q. a vitesse du vent relatif est :
Q. La vitesse air se définit par rapport :
Q. Le vent relatif :
Q. L'angle d'incidence est défini par le plan de l'aile et :
Q. L'angle entre le plan de l'aile et le vent relatif est appelé :
Q. L'assiette est définie par :
Q. On appelle angle de plané l'angle entre :
Q. Le point d'arrêt d'un profil :
Q. Si la charge alaire est réduite, l'aile
Q. Pour réduire les risques de fermeture d'un papapente il faudra :
Q. Si vous volez par vent fort arrière :
Q. Juste après le sommet d'une ressource importante :
Q. Le taux de chute minimum :
Q. Se relever dans la sellette en finale augmente sur un parapente :
Q. Vous empruntez l'aile d'un pilote plus léger que vous :
Q. Vous empruntez l'aile d'un pilote plus lourd que vous :
Q. Le parapente est plutôt un aéronef à :
Q. L’effet pendulaire spécifique au parapente :
Q. Le calage d'une aile de parapente:
Q. Le centrage:
Q. Un allongement important est synonyme :
Q. Vous faites les "oreilles":
Q. L'association de l'accélérateur es des "oreilles":
Q. En faisant les "oreilles":
Q. Vous faites les "oreilles":
Q. Le départ en vrille en parapente est précédé :
Q. Le centre de poussée d'un parapente :
Q. Lors d'une mise en virage en parapente, l'aile s'incline du côté désiré parce que :
Q. Lors de la mise en virage en parapente, l'aile pivote sur l'axe de lacet parce que :
Q. L'assiette d'un parapente :
Q. Le Poids Total Volant:
Q. Un parachute de secours hémisphérique est :
Q. Pour une sécurité maximum, le dépliage/repliage du parachute de secours doit être effectué :
Q. Le port du parachute de secours :
Q. L'anémomètre est un instrument indiquant :
Q. L'altimètre :
Q. Un altimètre mesure :
Q. Un altimètre :
Q. Le variométre de base mesure
Q. Le variomètre de base mesure la vitesse verticale:
Q. Un variomètre indique:
Q. le parachute de secours
Q. Lors du stockage ou du transport, un parapente ou un parachute de secours doit être protégé du voisinage ou du contact :
Q. Un casque de vol libre doit :
Q. la visite prévol ne doit pas oublier
Q. La surface d'un parapente est généralement donnée par :
Q. L'envergure, c'est :
Q. L'allongement d'une aile est égale au carré :
Q. Pour votre sécurité vous faites vérifier l'aile par le constructeur dès que vous constatez :
Q. Votre voile neuve vire systématiquement à droite, drisses de freins détendues :
Q. Des commandes réglées trop tendues :
Q. Depuis 1991, l'homologation ACPUL parapente :
Q. Le sticker ACPUL apposé sur un parapente :
Q. L'homologation ACPUL pour un parapente :
Q. Un constructeur détermine le classement de sa voile:
Q. Le choix d'une voile est guidé par:
Q. Le choix d'une voile est guidé par:
Q. L'emport du parachute de secours:
Q. Le container du parachute de secours:
Q. Le système de fermeture du container du parachute:
Q. Le bon entretien du parachute de secours:
Q. Pour garder mon parachute en bon état, je dois:
Q. Le largage du parachute de secours et le retour au sol:
Q. Un pilote breveté ayant une pratique loisir irrégulière:
Q. Une voile classée "standard" aux test ACPUL:
Q. Le seuil d'accessibilité d'une voile dépend:
Q. Les protections dorsales, latérales, gonflables de votre sellette:
Q. Un changement de calage du parapente influe sur :
Q. Les commandes :
Q. Les sellettes de parapentes :
Q. En vol la position mains hautes correspond :
Q. Critères de choix d'une aile :
Q. Lors du stockage et du transport, le parapente doit être protégé du voisinage ou du contact :
Q. Citez les facteurs de vieillissement pour une aile :
Q. L'ordre de grandeur de la résistance des suspentes de lignes basses et moyennes est généralement de :
Q. Les suspentes sont généralement constituées :
Q. Un nœud sur une suspente :
Q. Une aile standard:
Q. Un pilote en phase d'accès à l'autonomie, licencié "volant" pour la première année:
Q. Un pilote non breveté ne volant pas régulièrement:
Q. Le choix de la sellette est guidé par:
Q. Le choix de la sellette est guidé par:
Q. Les protections dorsales, latérales, gonflables de votre sellette:
Q. Un casque de vol libre doit présenter les qualités suivante:
Q. Un casque de vol libre doit présenter les qualités suivante:
Q. Un casque de vol libre:
Q. Pour le vol libre, on peut se servir:
Q. Vous achetez un parapente, vous vous assurez:
Q. Vous achetez un parapente, vous vous assurez:
Q. Vous venez d'acheter un parapente avant de décoller, vous vous assurez:
Q. Avant de voler sur un site déclaré F.F.V.L. que vous ne connaissez pas, vous devez :
Q. L'élève qui réussit son brevet de pilote fédéral :
Q. Les parties théoriques du brevet de pilote et de la qualification biplace sont validées par:
Q. La partie pratique du brevet de pilote est attribué par :
Q. Le numéro du brevet de pilote et celui de la qualification biplace sont délivrés par :
Q. La présence d'un moniteur est :
Q. Le label école française de vol libre ( EFVL). est :
Q. Le directeur technique d'une école française de vol libre (EFVL):
Q. Une école non reconnue par la F.F.V.L. :
Q. Une école française de vol libre (EFVL) professionnelle :
Q. Une école française de vol libre de club est:
Q. L'assemblée générale d'une association loi 1901 affiliée à la F.F.V.L. (votre club) :
Q. La validité des certificats médicaux des licenciés est de:
Q. Pour la délivrance d'une licence à un élève, le certificat médical présenté doit être de moins de :
Q. Pour voler à l'étranger, la licence fédérale volant :
Q. Les déclarations d'accident doivent être envoyées :
Q. Après un accident, la déclaration doit être établie et envoyée à la F.F.V.L. et à l'assureur :
Q. La déclaration d'accident est nécessaire si :
Q. Lors d'un atterrissage en campagne, un pilote breveté, licencié, détruit le pare-brise d'une voiture c'est :
Q. Vous vous posez en catastrophe dans un champ de blé non fauché :
Q. Une aile de Vol Libre, c'est :
Q. Priorités en aéronefs non motorisés :
Q. Priorités entre P.U.L. :
Q. Une aile arrive en face de vous, vous effectuez :
Q. En vol, un P.U.L. arrive sur votre droite avec une route convergente :
Q. Loin du relief, vous suivez la même route et au même niveau qu'une autre aile moins rapide. Vous effectuez le dépassement par :
Q. A niveau de vol égal, la priorité en vol revient :
Q. En vol de pente, la priorité revient à l'aile qui :
Q. Vous êtes en vol de pente, le relief est à votre gauche. Une aile arrive en face à la même altitude :
Q. Deux ailes se suivent tout près d'un relief situé à leur droite, la deuxième aile est plus rapide :
Q. Vous êtes le premier à enrouler une ascendance :
Q. Vous voulez rentrer dans une ascendance alors qu'une autre aile spirale 50m en dessous :
Q. Le vol à l'intérieur des nuages est permis :
Q. Vous ne pouvez pas :
Q. A toute altitude dans les espaces aériens classés E et au dessus de la surface S dans les espaces aériens non contrôlés, la distance minimale à respecter par rapport aux nuages est de :
Q. Vous évoluez en vol de pente, dans un espace aérien non contrôlé, sur une montagne dans l'altitude est de 1000m. La base des nuages est à 1200m. Le respect des conditions de vol à vue vous permet de monter jusqu'à une altitude de:
Q. Dans un espace aérien non contrôlé et au dessous de la surface S, vous devez avoir :
Q. La surface S est définie par le plus élevé des deux niveaux suivants :
Q. La surface S est :
Q. Dans un espace aérien non contrôlé et au dessous de la surface S, la visibilité minimale doit être de :
Q. Dans un espace un espace aérien non contrôlé et au dessus de la surface S, vous devez avoir :
Q. Le survol des obstacles isolés doit s'effectuer avec une marge verticale et horizontale minimale de :
Q. Le survol d'un rassemblement de personnes ou zones urbanisées (hors vol de pente et besoins du décollage ou de l'atterrissage) doit s'effectuer avec une marge minimale de :
Q. Les règles de vol obligent chaque pilote :
Q. Un moniteur encadre un stage SIV:
Q. La qualification d'accompagnateur de club:
Q. La qualification d'accompagnateur de club:
Q. Les actions de l'accompagnateur de club se font auprès:
Q. L'accompagnateur de club utilise sa radio:
Q. Les relations entre accompagnateur de club et écoles de vol libre:
Q. L'accompagnateur de club de plaine:
Q. Par vent fort, le vol captif sur point fixe (corde attachée au sol) :
Q. Pour décoller en sécurité, il est préférable de choisir une pente :
Q. La pente d'une aire de décollage doit être :
Q. Vous vous apprêtez à décoller à 15 heures sur un versant ensoleillé où s'est établi une légère brise montante. Le vent météo est nul :
Q. Une couche de stratus de 40m d'épaisseur est située sous le décollage : 40m c'est peu
Q. Par rapport au vent mesuré au décollage à 2m/sol, le vent 30m au dessus risque d'être :
Q. En haute montagne, la densité de l'air diminuant avec l'altitude et pour que votre aile puisse décoller, vous devez vous attendre à courir :
Q. Le cône d'autonomie :
Q. Voler en local d'un atterrissage, c'est :
Q. Au cas où le vent météo change d'orientation ou d'intensité pendant le vol, il convient :
Q. Une aile vole face au vent, elle avance par rapport au sol. Le vent est :
Q. Vous volez vent arrière, votre vitesse/air de croisière est égale à la vitesse du vent météo. Le sol :
Q. La vitesse de votre appareil par rapport au sol est :
Q. Lorsque vous volez vent arrière près du sol, l'impression visuelle tend à modifier votre perception de la vitesse/air. vous risquez de :
Q. Vous croisez une autre aile, votre vitesse de croisement est égale à :
Q. En vol vent de travers, le nez de l'aile se met face au vent :
Q. Vous risquez de rencontrer de fortes turbulences dangereuses :
Q. En conditions turbulentes, il vaut mieux :
Q. En régime turbulent, il vaut mieux :
Q. En turbulence :
Q. En vol de pente, vous engagez les virages :
Q. Le vol de pente nécessite :
Q. Au cours d'un vol de pente en atmosphère turbulente :
Q. Pour centrer un thermique :
Q. Vous rentrez dans un thermique et engagez un 360°. Après 90° de virage le variomètre devient négatif :
Q. Dans un thermique au cours des 360°, le variomètre passe par un maximum puis retombe à des valeurs faiblement positives :
Q. Lorsqu'un pilote exploite une bulle thermique pour gagner de l'altitude :
Q. Vous êtes 200m sous un gros cumulus, vers son centre, vous observez quelques nuages déchiquetés et un variomètre fortement positif :
Q. Vous envisagez d'utiliser une ascendance où se trouve déjà un autre appareil. Vous :
Q. Vous approchez de la base d'un cumulus :
Q. En région montagneuse, vous recherchez de préférence les ascendances thermiques :
Q. Par une belle journée d'ascendances où des orages sont annoncés, il faut s'inquiéter si :
Q. Le passage d'un cumulonimbus dans votre secteur de vol :
Q. Faire une descente rapide en 360° enchaînés et serrés :
Q. Vous affrontez un vent de face de 15 km/h, pour rentrer au terrain :
Q. Pour un pilote peu expérimenté, un terrain d'atterrissage se découvre :
Q. Vous vous dirigez vers le terrain en vent arrière à vitesse de croisière, vous voyez les limites les plus rapprochées du terrain monter régulièrement vers vous :
Q. Vous êtes en approche, une aile est juste en dessous de vous :
Q. Une bonne approche :
Q. Le 360° en prise de terrain :
Q. Vous êtes en prise de terrain en S (P.T.S.). Votre trajectoire s'enfonce sous le plan de descente prévu, vous devez :
Q. Pour être précis à l'atterrissage, la visualisation correcte de la pente en finale est indispensable. Cette pente :
Q. Vous êtes en finale, face au terrain d'atterrissage. Vous vous apercevez que vous êtes un peu long et haut, vous risquez de dépasser le terrain. Vous choisissez :
Q. En finale, si la cible descend dans le champ de vision :
Q. Le gradient de vent de face à l'atterrissage :
Q. Le gradient de vent de face à l'atterrissage :
Q. Le freinage final par vent fort
Q. c’est mon premier vol de la saison
Q. je me ferais probablement plus plaisir avec une aile
Q. j’accrois les risques
Q. Je m’approche de la base du nuage
Q. La sauvegarde des sites concerne :
Q. Appliquer la règle des additions c'est :
Q. Après une course de décollage à l'arraché, vous réussissez à décoller de justesse :
Q. La turbulence du sillage d'une autre aile est dangereuse :
Q. Les turbulences d'une aile sont dangereuses pour un autre aéronef :
Q. Vous croisez une autre aile , vous devez analyser et réagir :
Q. Avant d'effectuer un virage, vous devez :
Q. En vol de pente :
Q. En vol de pente, le virage face à la pente est :
Q. Un gros cumulus isolé est toujours inoffensif :
Q. Une bonne approche implique une finale :
Q. Une prise de vitesse avant l'atterrissage :
Q. Le vol à vitesse lente en finale :
Q. les causes principales de collision sont :
Q. Je vole dans l’ascendance en longeant le relief sur ma droite, une aile arrive en face:
Q. Lors de la réception d'une aile neuve, vous devez :
Q. Le meilleur profil d'un terrain de décollage est tel que vous pourrez :
Q. Au décollage, il y a 30 km/h de vent, mon aile vole à une vitesse maximum de 35 km/h :
Q. Au décollage, avec 20 km/h de face, vous pouvez gonfler votre voile :
Q. Le gonflage face à la voile :
Q. Au décollage, le vent est de travers 30°, 3m/s :
Q. 30 km/h de vent de face au décollage. Vous êtes seul :
Q. Lors d'un gonflage par vent fort, la voile commence à vous tirer très fort vers l'arrière, vous risquez d'être traîné au sol :
Q. En vol, bras hauts, vos freins sont tendus et le bord de fuite est un peu abaissé :
Q. En vol si vous lâchez les commandes :
Q. Vous faites les oreilles :
Q. En faisant les oreilles, vous :
Q. En turbulence vous faites les oreilles :
Q. A vitesse de taux de chute mini, pour amorcer un virage à droite sans trop perdre de vitesse et ne pas risquer la mise en vrille, vous devez :
Q. Une mise en virage à 360° :
Q. Suite à une erreur de pilotage, vous constatez un arrêt presque total du vent relatif. L'aile s'enfonce. Vous devez, pour retrouver au plus vite un régime de vol normal :
Q. Pour sortir d'un décrochage symétrique :
Q. Vous volez au taux de chute minimum
Q. Pour rester dans une ascendance dynamique près du relief :
Q. En vol si vous ressentez des turbulences :
Q. En vol de pente une violente turbulence replie brutalement une demi-aile de votre parapente :
Q. Durant un vol de pente à 50m du sol, vous vous enfoncez brusquement vers le relief. Le sifflement du vent faiblit, pour éviter le crash :
Q. Votre voile se dégonfle brusquement côté relief :
Q. Vous êtes dos au relief et votre voile se ferme sur plusieurs caissons à gauche ce qui la met en virage à gauche :
Q. En vol turbulent, votre voile se ferme par devant sur une grande longueur du bord d'attaque :
Q. Plusieurs caissons latéraux gauches se ferment :
Q. Vous êtes en finale face au terrain d'atterrissage. Vous vous apercevez que vous êtes un peu long et haut
Q. A l'atterrissage :
Q. Vous gonflez dos à l’aile avec un vent de travers droit
Q. Lorsque j’ai fais les oreilles
Q. Pour faire les oreilles
Q. Avec les oreilles
Q. Pour rouvrir les oreilles
Q. Par vent fort, préalablement à un gonflage face à l’aile
Q. En vol, la dureté de mes commandes
Q. Suite à une turbulence ou à une entrée de thermique mon aile cabre
Q. En vol une turbulence ferme brutalement mon aile. Je me sens tomber à droite dans ma sellette :
Q. A l’atterrissage une prise de vitesse est nécessaire en final car :
Q. Votre secours est ouvert, vous sentez la traction liée à son déploiement:
Q. Vous venez d'acheter un nouveau parapente
Q. Le parapente :
Q. Le passage au premier grand vol en parapente :
Q. Le passage du brevet de pilote parapente nécessite une progression :
Q. Le décollage par vent nul :
Q. L'installation du parapente au sol dépend :
Q. Dos à la voile, le décollage en parapente se décompose en :
Q. Lors d'un gonflage dos à la voile, la temporisation :
Q. La phase d'accélération après la temporisation nécessite :
Q. Lors du gonflage (face à la pente), la voile se casse en deux. vous devez :
Q. Après le gonflage, votre voile présente un défaut de gonflage à droite et dévie à droite :
Q. Au sol, votre aile dévie de la trajectoire prévue :
Q. Votre aile est gonflée, stabilisée. Pour décoller :
Q. Juste après le décollage, vous :
Q. En vol, bras hauts, votre aile est légèrement bridée vos mains étant abaissées sous le niveau de votre poitrine :
Q. La prise de vitesse avant l'atterrissage :
Q. Par vent nul, pour vous poser en douceur :
Q. A 5m/sol vous constatez que vous allez vous poser avec un léger vent de travers :
Q. Il y a 20km/h de vent à l'atterrissage. Vous vous préparez :
Q. Au cours d’un gonflage dos à l’aile, regard vers l’avant, vous sentez que votre aile vous dévie à droite
Q. Pendant une course au sol votre aile dévie votre trajectoire sur votre gauche, l’effet pendulaire vous demande
Q. La temporisation
Q. La temporisation
Q. La décision de décoller est prise
Q. Le gonflage face à la voile
Q. En gonflage face voile
Q. Si je relève rapidement mes mains pour reprendre de la vitesse le risque est

flèche bleueRevenir à la page d'accueil du QCM FFVL